Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2013

Retour sur la formation L'image, l'imaginaire dans les albums qui prennent les tout-petits au sérieux : jeudi 23 mai 2013

 

Atelier 1

L'image et l'imaginaire

Présentation, analyse d'albums

et d'observations d'enfants en situation de lecture

en lien avec l'activité imaginaire de l'enfant

par Joëlle Turin et Sylvie Joufflineau.

 

Installées de manière conviviale en "rond" pour nos futurs échanges, Sylvie a commencé à rappeler la "charte "de son travail. Elle a insisté sur :

- son outil de travail qui est l'observation, indispensable dans son quotidien en salle d'attente de PMI, ou en IME.

- la lecture en individuel

- l'importance du choix des albums par l'enfant

- la liberté à l'enfant de bouger pendant l'histoire car certains enfants mettent en mouvement leurs émotions "l'enfant a beoin de bouger pour entendre" dixit Sylvie

- le fait d'être attentive pendant la lecture au comportement de l'enfant afin d'affiner notre observation

- la nécessité de l'absence d'intention : elle ne raconte pas une histoire dans un but pédagogique et éducatif ou thérapeuthique mais seulement dans le but d'un plaisir partagé

- avoir une attitude de bienveillance, ne pas avoir de préjugés et respecter l'enfant

- il est aussi important de prendre des notes de nos observations juste après la séance

 

 

Une question a été posée au sujet de l'albums sans texte, comment le présenter à l'enfant?

L'album sans texte est une lecture silencieuse et nécessite une attention conjointe, il faut prendre en compte les interrogations de l'enfant mais le professionnel ou le bénévole ne doit pas imposer son interprétation.

Pour elle, il est vitale de mettre en place des temps pour rendre compte de ce que l'on fait, avoir des temps d'échanges à partir de nos observations, cela permet de donner du sens à notre travail et aussi de rompre l'isolemenrt professionnel.

 

Une question a été posée sur l'idée de choisir des histoires en fonction du développement de l'enfant. Par exemple, proposer en crèche au mois de mai et juin des livres sur la propreté en lien avec la rentrée à l'école et face à l'angoisse des parents.

Pour Joelle Turin et Sylvie Joufflineau, le choix des livres ne se fait pas en fonction de "thème", on peut raconter des histoires sur le deuil, la séparation... sans que cela soit en lien avec l'histoire d'un enfant. Ces "thèmes" sont à proposer comme les autres livres. Il est juste important de proposer une palette de livres le plus large possible afin que l'enfant ait le choix....Et il fera de toute façon son choix au moment voulu!

 

Comment appréhender la lecture à des bébés?

Raconter des histoires en médiathèque avec des familles venues exprès pour ce temps et raconter des histoires en salle d'attente de PMI sont deux choses très différentes. La première amène l'idée de démarche alors que, la deuxième, les familles ne viennent pas pour cela, elles sont présentes à la base seulement pour un rendez-vous médicale.

En salle d'attente PMI, il faut travailler sur notre approche, par le regard, le sourire, se présenter aux familles et demander l'autorisation à la maman si elle accepte qu'on raconte une histoire à son enfant. Dans ce cadre précis, la plupart du temps, Sylvie Joufflineau apporte des livres d'une grande diversité et également des comptines. Pour elle, il n'est pas question de proposer des livres en fonction de l'âge de l'enfant, elle ne s'est jamais posée cette question! Au contraire si l'enfant "décroche" de l'histoire, lui expliquer que ce n'est pas grave, peut-être une prochaine fois, il sera prêt pour écouter une histoire....d'où notre travail d'observation sur ce que nous dit le bébé!

 

Cathy

17:04 Publié dans Formations | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.