Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 décembre 2010

Analyse des pratiques avec la psychologue clinicienne Christine Raoul

 

             Fin 2009 le service Enfance et Famille du Conseil Général de Loire Atlantique accordait la subvention de 1080 euros, sollicitée par l'association pour la rémunération de la psychologue qui accompagne un groupe de dix ouvreuses de livres.

De nouvelles bénévoles et deux nouvelles professionnelles, devenues aussi ouvreuses de livres en salle d'attente de PMI, des communes du Croisic et de Saint Joachim ont participé aux quatre rencontres organisées entre janvier et septembre 2010.

 

            La parole a bien circulé et chacune a accepté de parler d'elle en apportant de profonds témoignages « nous avons parlé de l’approche du livre dans notre enfance ; avec nos parents, nos grands-parents, à l’école. Est-ce que nous avions beaucoup de livres, avons-nous beaucoup lu ?, ce qui a permis de mieux se connaître et de resserrer le groupe. »

 

            Les ouvreuses de livres ont évoqué les difficultés à lire devant des parents qu'elles ne connaissent pas, à trouver le bon moment pour proposer un album, à pouvoir attendre ce moment en ayant l'impression de ne rien faire tout en se sentant observée des adultes.

« C’est également ce qui est intéressant dans cette démarche et dans l’échange lors de nos rencontres avec Christine Raoul .

Oui, on a parfois l’impression de ne rien faire, mais ce n’est qu’une impression. Le livre est là, avec tous ses mots et toutes ses images éparpillés sur le tapis. Ce n’est pas rien. On engage la conversation, puis on feuillète un album, on se lance à lire quelques lignes à haute-voix( ce n’est pas toujours facile) on montre les dessins, les enfants vont et viennent, regardent, écoutent un instant puis repartent vers d’autres jeux, pour certains, dans les bras de maman. Les moments de bonheur c’est lorsque l’enfant est très demandeur et notre panier de livres peut y passer »

 

              Le groupe a également échangé à propos d'albums qui dérangent et a pris le temps d'analyser certains de ces livres « nous avons échangé sur les livres qui dérangent, les livres qui ne sont pas toujours faciles à lire. Nous avons analysé quelques livres, sur la mort par exemple comme «  L’arbre sans fin «  de Ponti, « L’éphémère » et il y en a beaucoup d’autres……, également nous avons abordé les livres qui laissent une interrogation et que chacune interprète différemment selon sa sensibilité, à l’histoire, aux mots. C’est un moment de partage très riche. Ensemble nous avons lu « Ma culotte » par exemple, puis VRRR !!! qui est d’une richesse……. »...

 

            Les doutes évoqués faisaient avancer la dynamique du groupe « plus on avance dans cette démarche d’ouvrir les livres et de dire des mots aux tout-petits, et plus notre motivation est grande plus nous arrivons à faire passer le message. »  «  Dans nos soirées de réflexions, chacune parle de son expérience, de son vécu du jour qui est différent à chaque consultation, ce qui nous permet d’avancer et de ne pas se sentir seule dans cette démarche et qui nous conforte dans le plaisir de continuer à lire des histoires aux tout-petits.. »      

                       

             Les nouvelles bénévoles, les nouvelles professionnelles et la psychologue ont beaucoup apprécié le témoignage de respect, de délicatesse et de confidentialité des ouvreuses de livres.

                       

 

               Témoignage de Gisèle recueilli par Marie-France

 

13:43 Publié dans Formations | Lien permanent | Commentaires (0)