Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 avril 2012

Retour sur la conférence "A petits pas dans les livres"

 

Conférence à la Médiathèque de Saint Nazaire

 

dans le cadre

« A petits pas dans les livres »

 

La soirée a été présentée par la bibliothécaire du secteur jeunesse

Véronique Belqasmi,

la coordinatrice de l'association ACCES (actions culturelles contre les exclusions sociales) Annaîk Guiavarc'h.

Le directeur  de la Médiathèque M. Marc Boutoussamy était aussi présent.

 

Véronique Belqasmi a rappelé que c'est la deuxième édition de « A petits pas dans les livres » et que le personnel a eu la chance de suivre une formation avec ACCES. En tant que professionnelle du livre, lors d'un projet livre autour de la petite enfance,  faire appel à ACCES est incontournable et a permis des échanges très riches.

 

Durant les trois semaines, du 6 au 24 mars 2012, sur Saint Nazaire, les bibliothécaires et ACCES proposent au public et aux structures petite enfance (multi-accueil, RAM ...) des temps d'animation pour petits et grands.

 

Conçue comme un ensemble d'espaces de jeux et de lectures, l'exposition produite par ACCES« Les livres c'est bon pour les bébés » a pour objectif d'inviter petits et grands à partager le plaisir des livres et de la lecture.

 

Puis la coordinatrice a présenté l’association ACCES. Elle a été crée en 1982 par 3 fondateurs psychiatres-psychanalystes qui sont le professeur René Diatkin (fondateur) Tony Lainé et Marie Bonafé la présidente.

Suite au colloque «  Apprentissage et pratique de la lecture à l'école » en 1979 à Paris sur  illettrisme organisé par l’Éducation Nationale, ACCES souhaitait ouvrir la réflexion sur la sphère du culturel et permettre la réflexion avec une équipe pluridisciplinaire telle que des médecins, des professeurs des écoles, des psychologues, des éducateurs.

La priorité de l'association est de mettre récits et albums à la disposition des bébés et de leur entourage, en s'appuyant sur des structures déjà existantes, les services de la petite enfance et les bibliothèques en particulier, et en les incitant à coordonner leurs actions. Ils ont mené des actions de prévention au sein des PMI, des écoles, des centres de loisirs.

 

Présentation du film « Le livre c'est bon pour tous les bébés » de 2009 réalisé par Marie Desmeuze et produit par ACCES. Ce film y présente des bébés et de très jeunes enfants en situation de lecture dans des structures éducatives et culturelles. Il montre l'intérêt et les compétences du tout-petit pour les récits et les livres et valorise le rôle des parents. Pour illustrer les images, des témoignages de Marie Bonafé, Evelio Cabrejo Parra, psychose-linguiste et vice président, des bibliothécaires et des assistantes maternelles.

Marie Bonafé rappelle les compétences de l'enfant dès sa prime enfance. Elle met en avant l'importance de la langue du récit qui est  plus riche et apporte davantage de poésie à l'enfant face à la langue de la vie quotidienne. Le tout-petit a réellement une capacité d'écoute face à la musicalité des mots.

 

De même pour Evelio Cabrejo Parra qui explique que la littérature enfantine a un intérêt pour l'enfant(et vice versa!). Celui-ci est très vite attiré vers cet  objet  de couleur, de forme. Les compétences de l'enfant ne proviennent pas nécessairement de la catégorie sociale, mais surtout de  l'importance de la relation privilégiée et de partage qui se construit entre l'adulte et l'enfant. Les mots sont puissants, l'enfant peut jouer avec les notions « présence-absence », ils rassurent par exemple lors de l'endormissement du tout-petit; à choisir il est mieux de partager avec l'adulte une angoisse par la voix que de la vivre seul.

 

A la suite du  film, les bibliothécaires, ACCES et les professionnelles ont échangé et partagé. ACCES prône avant tout la lecture individuelle plutôt que la lecture collective. Certaines professionnelles ont expliqué que cette manière de présenter le livre aux enfants est moins utilisée en structures collectives. Les temps de lectures collectives permettent de rassembler les enfants, de les inscrire aussi dans le temps. Il a été question aussi de laisser ou pas les livres à disposition des enfants toute la journée. Si les livres sont « à disposition » cela suppose la disponibilité de l'adulte et cela n'est pas toujours évident en structures collectives. Souvent les professionnels craignent que les bébés déchirent ou « mangent » les livres... La coordinatrice a expliqué que si les livres sont à disposition de l'enfant, l'adulte doit accompagner l'enfant dans la découverte de cet objet, il est important  de laisser les bébés manipuler les livres et de montrer justement à l'enfant comment utiliser et respecter le livre.

 

Le directeur de la Médiathèque s'est interrogé sur  l'intervention auprès de certaines  familles qui ne sont pas « lecteurs ». Comment les convier autour des temps de lecture? A cette pertinente question, Annaîk Guiamarc'h a présenté les livres sans texte qui sont pour ces familles un bon moyen d'échanges avec leur enfant, souvent ils développent une grande observation des détails. Ces livres sont d'une grande richesse et sont à utiliser plus souvent, malgré les réticences de certains  professionnels de la petite enfance qui sont moins à l'aise qu' avec les livres avec du texte.

 

Une soirée très intéressante qui a permis de mettre en lumière le travail de prévention de l'ensemble  des professionnels du livre et de la petite enfance en France en travaillant conjointement afin de faire découvrir les albums aux tout-petits et à leur famille. Enfin, c'est  surtout « combattre » encore les préjugés à lire des livres  aux bébés, car oui «  les livres c'est bon pour les bébés! ».

 

Catherine ALLIX